logoReportage Ceiba
Une approche positive de la sensibilisation à l'environnement
Accueil

Le reportage
RN Pacha Mama
RN El Paujil
Fondation Golondrinas
Coopérative Santa Lucia
Fondation Cabo San Francisco
Ecovillage Tierra en armonia
CEPODRA

Plus de photos

 
carte Golondrinas
La fondation Golondrinas
Vallée de la Mira, Equateur


  Créée il ya a 15 ans, la fondation Golondrinas repose sur l'incroyable détermination et le dynamisme de sa présidente, Maria Eliza Manteca Oñate.

vivero
    Fille de fermiers de la vallée de la Mira, une région montagneuse du nord-ouest de l'Equateur, Eliza a longtemps cherché un moyen d'aider les habitants de sa région, durements touchés par la pauvreté. Leur principale ressource est traditionnellement l'agriculture: les champs de haricots, maïs, manioc, ananas... parsèment le bas de la vallée. Mais depuis environ 40 ans, l'explosion démographique et les pressions économiques les ont poussés à a couper presque entièrement les riches forêts des montagnes surplombant leurs cultures.
     
La vallée de la Mira : presque plus d'arbres
     Les arbres, qui retenaient auparavant le sol fertile sur les pentes très raides de la région, ne jouent plus leur rôle de stabilisateurs.Les fortes pluies ont entraîné les sols, aboutissant à un grave phénomène d'érosion. Des plus, les cultures sont réalisées traditionnellement dans le sens de la pente, ce qui favorise l'écoulement de l'eau...
    
Ainsi, au fur et à mesure, le sol est devenu de plus en plus mince et de moins en moins fertile, aggravant encore la pauvreté des agriculteurs.Pour lutter contre la raréfaction de leurs récoltes ils se sont mis à utiliser en grandes quantités des engrais chimiques et des pesticides, sans résultat notable à moyen terme à part celui d'empoisonner l'eau de la Mira.
      Eliza a grandi dans la ferme de ses parents, à Guallupe, et connaît donc bien le problème. Son diplôme d'infirmière, obtenu à Quito, ne lui a pas paru suffisant pour lutter contre la pauvreté de sa région: Eliza voulait changer les choses! Par ailleurs, cette forte personnalité est une amoureuse de la nature, et a toujours voulu s'engager pour sa protection. La pauvreté et la dégradation de l'environnement étant liées, Eliza a cherché un moyen d'améliorer les deux.
    L'occasion s'est présentée au début des années 90, lors d'une ballade dans la montagne de Golondrinas qui surplombe la vallée de la Mira. Eliza tomba amoureuse de l'endroit, une forêt primaire miraculeusement conservée et dont 300 hectares étaient à vendre... Eliza rassembla tout son argent (elle était propriétaire d'un petit hôtel à Quito) et avec l'aide financière d'amis, elle acheta "El Corazon".
     
C'est ainsi qu'elle commença à organiser des trecks "écotouristiques" pour les touristes de son hôtel, créant ainsi un petit apport financier dans sa région. Les 300 hectares du "Corazon" ont plus tard étés englobés dans une zone déclarée forêt protégée par le gouvernement équatorien. 
  mujeres por la conservacion
Eliza

    Mais cela était loin de suffire à Eliza: pour elle, le principal défi était de pousser les agriculteurs à modifier leurs modes de culture, qui ne répondaient plus aux nécessités du présent (limiter l'érosion). Mais il est bien difficile, pour une femme noire, seule dans un pays encore machiste et assez raciste d'inciter les agriculteurs (par principe méfiants) à changer leurs pratiques séculaires!

culture mauvais sens
brûlis
culture bons sens
Culture longitudinale, dans le sens de la pente: l'érosion est aggravée Culture sur brûlis: améliore la production immédiate mais épuise les sols Un agriculteur ayant changé son mode de culture: plantation latitudinale

L'idée clé a été de les convaincre en leur mettant devant les yeux la preuve de ce qu’elle avançait : un exemple de culture à la fois alternatif et productif.
    Pour cela, Eliza, aidée par son frère, a transformé en 1998 l’ancienne exploitation agricole de ses parents en une ferme-modèle. Rebaptisée « Centre de production et de formation à l’agroforesterie » ou plus simplement « Peña Negra », la ferme a été aménagée sur des terrasses permettant de contrer l’effet de l’érosion. Toutes les cultures sont bordées par des plants de Vétiver, une plante herbacée aux racines très profondes, qui permet de stabiliser le sol des terrasses.  Les techniques de culture (biologique bien sûr) sont l’agroforesterie, qui associe arbres et cultures, et la permaculture, qui permet d’obtenir une production continue tout au long de l’année et de se passer de pesticides.

forêt nuageuse

 
Des visites de Peña Negra sont organisées pour les agriculteurs, les écoliers et les étudiants.De cette manière, petit à petit, les mentalités changent, et les agriculteurs se mettent à adopter les techniques préconisées par la fondation...

    Eliza a été lauréate en 2000 du prix Rolex, qui récompense l’esprit d’entreprise. Cet prix lui a permis de construire une maison à Guallupe, pour loger les nombreux volontaires venus travailler pour la fondation, et de mettre en place des classes d’éducation à l’environnement pour les enfants des environs.
Ecole de Guallupe
    Aujourd'hui, après 15 ans d'existence, la fondation Golondrinas continue d'acceuillir des volontaires, de conseiller aux agriculteurs des techniques plus respectueuses de l'environnement. Le dernier projet pour les années à venir est la mise en place d'un jardin de plantes médicinales...


En savoir plus : www.fgolondrinas.org

Voir plus de photos de la fondation Golondrinas

Echange avec la classe de Rueil-Malmaison


Le projet "Ceiba"
ou pourquoi et comment nous avons passé 8 mois en Amérique du Sud


Nos partenaires

Contacts
Dernière mise à jour août 2009